Top 15 des pièces de théâtre pour l'école primaire

Choisir la pièce de théâtre que l’on va monter en atelier est aussi délicat qu’important. Surtout lorsqu’il faut se décider parmi les près de 80 titres que compte la collection 10 SUR 10. Pour vous aider à y voir un peu plus clair, nous avons sélectionné les pièces que nous pensons être adaptées aux débutants et aux élèves des écoles primaires, en termes de niveau de langue comme de thématiques.

Le niveau de langue tout d’abord

Il faut au préalable rappeler que les pièces ont été spécialement écrites à destination des jeunes qui apprennent le français. Les auteurs ont ainsi privilégié les phrases courtes, les tournures grammaticales simples, les conjugaisons abordables pour des élèves de niveau élémentaire : pas d'imparfait de subjonctif, de passé simple, passé antérieur et autres impératif passé. 

Certes il peut y avoir, au sein d’une même pièce, des expressions plus complexes : il faut garder en tête qu’il s’agit d’une création artistique, d’un ensemble qui ne peut demeurer sur un niveau unique comme le ferait un manuel scolaire. Le nombre de ces expressions cependant, dans la sélection pour les écoles primaires, demeure minime. Il en va de même pour les monologues, très rares. Si cela arrive cependant, n’hésitez pas à les scinder ou les faire jouer par plusieurs élèves ! 

 

Les pièces que nous avons sélectionnées correspondent au niveau A1-A2. Elles ont toutes été montées, à plusieurs reprises même pour certaines, par des débutants et des classes élémentaires. 

Comment ? Par la magie du théâtre ! Par celle du dialogue surtout, celle de la mise en situation concrète de communication : lorsqu’il est sur le plateau (même dans sa classe !), l’élève utilise les mots de son personnage pour demander/répondre, faire des propositions/ réagir, accepter/refuser, intervenir et discuter. 

Les pièces conseillées pour les débutants et les élèves de l’école primaires 

(les pièces marquées d’une * sont parfaites pour les plus jeunes)

 

TOME 1

La grande aventure, Michel Bellier

Barbus au sommet d'une montagne, Martin Bellemare

TOME 2

Plus haut que l’horizon, Laure Bourgknecht

*La boîte de crayons, Stanislas Cotton


TOME 2 BONUS 

*Volte-faces ou les envies de Démocratie, Emanuelle Delle Piane

 

TOME 3

Merde !, Elise Hofner

La ligne droite, Martin Bellemare


TOME 3 bonus 

Quelques heures au centre de la Terre, Sufo Sufo

TOME 4

*Le sourire, Eva Bondon

Folle de paix !, Elise Hofner

Les têtes et grands pieds, Sabine Revillet


TOME 5 bonus 

Zalabri qui croyait prendre, Thomas Miauton


Prenons un exemple : « Barbus au sommet d’une montagne » de Martin Bellemare

 

D’après le Cadre européen commun de référence pour des langues, un élève de niveau A1 « peut interagir de façon simple, mais la communication dépend totalement de la répétition avec un débit plus lent, de la reformulation et des corrections ». Il « peut répondre à des questions simples et en poser, réagir à des affirmations simples et en émettre dans le domaine des besoins immédiats ou sur des sujets très familiers »

 

Le barbus fils : On est des bergers, père.

La barbus père : Oui on est des bergers, fils.

Le barbus fils : Ca ne nous concerne pas.

La barbus père : Mais on est barbus.

Le barbus fils : Oui on est barbus mais ça nous concerne pas. 

 

Dans ce court extrait on voit que la situation se développe petit à petit, via des phrases simples avec des structures répétitives. Au cours du travail sur la pièce les élèves seront un soutien les uns pour les autres car chaque réplique se base sur la précédente. 

C'est également un point fort pour la mémorisation rapide du texte. Ces répliques, très rythmés, peuvent nous rappeler des poésies ou des chansons.

Au fil des répétitions, les élèves apprennent et retiennent non seulement les mots de leur personnage mais aussi ceux des autres – ils finissent en général par connaître par cœur l’ensemble de la pièce –. Mieux encore, ils réussissent à utiliser ces mots, phrases et expressions dans d’autres contextes. 

Travailler les champs lexicaux

Comme chaque pièce tourne autour d'un sujet particulier, vous allez pouvoir facilement travailler les champs lexicaux avec vos élèves. 

La pièce Volte-faces ou les envies de Démocratie d’Emanuelle Delle Piane par exemple contient 10 mots de la Francophonie : pouvoir, amour, liberté, démocratie, nature, justice etc. Merde !, d'Elise Hofner, se passe en coulisse avant le lever de rideau et permet de découvrir le champs lexical appartenant au théâtre, des costumes aux éclairage en passant par le régisseur, le metteur en scène et bien sûr la « première ». Quant aux Zalabri (qui croyaient prendre), ils jouent avec humour sur les mots et les expressions. 

 

Le nombre de personnages vous préoccupe également dans le choix de votre pièce de théâtre. Ici aussi, vous verrez que chaque pièce – ou presque - peut être adaptée au nombre de personnages dont vous avez besoin. Les auteurs laissent un grand éventail de liberté dans la distribution, les élèves pouvant jouer plusieurs personnages ou au contraire en partager certains, les rôles féminins et masculins pouvant souvent être interchangeables (Même le gâteau de patchouli a ses limites, Le sourire…). Plusieurs pièces comportent également des chœurs ou des groupes dont la parole peut être distribuée à l’envie (La grande aventure, Rituel, Folle de paix, L’île des enfants rois…).

C’est en fait surtout la thématique 

Qui emportera l’adhésion des jeunes et orientera leur choix. 

Notre expérience montre que les jeunes choisissent les sujets vus plutôt comme complexes par les adultes. Un grand nombre de pièces parlent de problèmes actuels, de valeurs : le bien et le mal, l’argent et la pauvreté, la solidarité, la différence, l’injustice, le libre-arbitre et la capacité à faire des choix, autant de thèmes qui intéressent fortement les jeunes, même à l’école primaire. Suzanne Lebeau, dramaturge québécoise considérée comme l’un des précurseurs du théâtre jeunesse actuel, le dit : « Je veux parler de la vie dans toute sa complexité, sans chercher à donner des réponses simples à des questions qui ne le sont pas ». C’est également notre avis et celui des auteurs 10 SUR 10 qui ne simplifient - tout en la gardant très belle ! -  … que la syntaxe !

 

 

Astuce : 

Afin de mieux connaître le contenu des pièces et leurs thématiques, vous pouvez consulter les pages dédiées de notre sites (vous pourrez même y lire des extraits). N’hésitez pas également regarder, sur notre blog, les pages consacrées aux différentes éditions de nos festivals à travers le monde : vous y verrez que les pièces les plus variées y sont montées. 

Katia Shahoika 

Communication et développement 

Drameducation 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

 

DISTINCTION

Livre d'or

Presse

Prix

 

 AIDE

Logos

Contact

FAQ


Suivez-nous sur notre page professionnelle LinkedIn :

Partagez :