"Grâce au théâtre francophone contemporain nous venons de réussir notre BAC"

 

C'est assez extraordinaire de voir ces jeunes entrer dans une nouvelle phase de leur vie et réussir leur examen grâce à l'écriture dramatique contemporaine francophone. Toute l'équipe de 10 SUR 10 est très touchée et émue. Elle a décidé d'interroger une de ces deux jeunes pour nous raconter son aventure.

 

Les jeunes lycéens polonais de Łódż, Natalia Gruszka et Jakub Rychter, ont dernièrement passé leur bac de littérature (examen oral). Natalia devait parler du conflit entre les générations et comme exemple d'oeuvre littéraire elle a choisi "Eduquons-les!" de Laurent Van Wetter. Jakub devait par contre tracer des portraits de femmes dans la littérature et comme exemple littéraire il a choisi la pièce 10 SUR 10 - pièces francophones à jouer et à lire de Stanislas Cotton "Lucille Désormais" (pièce dans laquelle il a joué il y a un an au Festival National de Théâtre Francophone pour Lycéens à Poznan). Puis, il s'est inspiré de la pièce "Histoire de l'Homme 1" de Paul Emond. Natalia et Jakub ont réussi leur BAC à 100%!

 

 

Parlez-nous un peu de votre parcours. Y avait-il des moments décisifs qui ont déterminé ce que vous êtes actuellement ?

Natalia Gruszka: Depuis toujours je m’occupais de toute sorte d’art. De la peinture à la photographie, jusqu’à l’écriture. Au lycée ma vocation a commencé à se concrétiser. Depuis ce moment la photographie jouait un grand rôle et l’envie de tourner des films. Le moment charnier où je me suis demandée si j’ai bien choisi ma voie dans la vie m’est arrivée au Festival National de Théâtre Francophone pour Lycéens de Poznań en 2016. A part la possibilité d’y jouer avec ma troupe, j’ai obtenu un stage de photographie pendant toute la durée du festival.

 

Je me souviens que je faisais tout à 100 % et je profitais pleinement du moment comme si quelque chose d’important dépendait de cela. Et je crois que je n’ai pas eu trop tort parce que Jan Nowak était content de mon travail. Il m’a proposé de travailler avec lui et Iris Munos en permanence. À partir de ce moment-là je suis leur photographe permanent aux festivals et pendant les résidences d'écriture. Grâce à cela, je me perfectionne et j’ai l’occasion de rencontrer des dramaturges, metteurs en scène, acteurs, artistes du monde entier. Ce qui a pour moi une énorme valeur en tant que future réalisatrice du cinéma.

Pourquoi et comment avez-vous décidé de participer au Festival National de Théâtre Francophone pour Lycéens à Poznan ?

N. G.: Je m’intéressais toujours à l’histoire du théâtre, au jeu théâtral et à la langue française. Cela devenait une priorité dès le lycée. Mais il a fallu un peu de temps pour rencontrer des gens qui me ressemblent. C’est justement au lycée que j’ai rencontré de telles personnes, pleines d’énergie et d’envie de créer quelque chose ensemble.

 

Quand on a appris l’existence de ce festival nous avons créé notre troupe théâtrale "Ah oui, Ah Bon!" avec notre prof de français préférée madame Beata Dankowska. Et c’est comme ça que ça a donné naissance à des rencontres et à la volonté de le refaire chaque année. Et c’est ainsi qu’on a eu l’honneur de nous présenter pour la deuxième fois dans le cadre du Festival National de Théâtre Francophone pour Lycéens à Poznań.

 

Photos de la 2ème édition du Festival National de Théâtre Francophone pour Lycéens

Poznań 2016

Comment le théâtre vous a aidé dans la formation de votre personnalité ?

N. G.: Avant tout, le théâtre ouvre notre âme pour les autres ainsi que pour soi-même. Le jeu d’acteur et la prestation sur scène nous ouvre de nouveaux chemins dans l’évolution de notre personnalité et aide à surmonter nos barrières intérieures. Le meilleur moment qui donne le plus d’énergie et de satisfaction est la présentation du spectacle devant le public. Ce que j’aime le plus c’est quand il arrive quelque chose d’imprévu pendant le spectacle. C’est faire comme si de rien n'était, et que c'était prévu comme ça.

 

Grâce au projet de 10sur10, j’ai pu prendre connaissance d'oeuvres d'auteurs que je connaissais pas avant. Grâce à ce multiculturalisme et la communication avec des gens pendant le festival, on peut constater l’augmentation des connaissances et le sentiment d’unité sociale. De plus dans le projet de 10sur10, il existe des choses qui touchent les problèmes actuels du monde entier. L'interprétation et la conception d'un metteur en scène nous montre les schémas de comportements humains et le choix que l’homme affronte chaque jour.

 

Pendant l'épreuve de littérature au Bac vous avez analysé les pièces de Laurent Van Wetter, Stanislas Cotton et Paul Emond. Racontez-nous pourquoi vous avez choisi ces pièces?

N. G.: Je me préparais à l’examen du bac et je sentais quel sujet je pouvais recevoir. Quelques jours avant l’examen, avec Jacub nous nous sommes souvenus du spectacle "Eduquons-les!"de Laurent Van Wetter qu’on a regardé en live à la Tournée Francophone 2016. Chez moi j’ai relu avec plaisir la pièce, en découvrant beaucoup de nouvelles choses. Le jour de l’examen, en attendant notre tour, nous nous sommes mis d’accord avec Jakub sur les sujets qu’on choisirait et les pièces de Drameducation et 10 SUR 10 que l’on pourrait prendre comme exemple.

 

Moi, je passais la première. Ma question était "Comment les auteurs contemporains présentent les conflits entre les générations en utilisant l’extrait de “Ferdydurke” de Gombrowicz". En ce moment j’ai eu un large sourire et le reste de l’examen n’était qu’un vrai plaisir. Dans mon intervention je me basais sur le drame de Sławomira Mrożka “Tango“ et “Éduquons-les” de Laurent van Wetter. J’ai dû provoquer l’admiration chez la commision par la vision et la connaissance de telle oeuvre. C'est à la fin de cette pièce que j’ai trouvé l’un des arguments le plus fort pour défendre ma thèse. J’ai quitté la salle et je ressentais l’euphorie. Après, j’ai dit à Jakub ce que j’ai fait!

 

Après, c’est lui qui est entré dans la salle. Il a eu la question sur l’image de la femme dans la litterature. Jakub s’est basé sur deux pièces éditées par Drameducation! La première était “Lucille désormais” de la collection 10 SUR 10 de Stanislas Cotton que l’on a jouée, et la deuxième était le portrait de Jeanne D’Arc dans “L’histoire de l’homme, tome 1” de Paul Emond. Tous les deux nous étions forts satisfaits parce que nous avons réussi dans le même style.

Avez-vous un petit mot à dire aux jeunes et à nous tous, passionnés de théâtre et de langue française ?

N. G.: Le théâtre et surtout la langue française est le style d’existence. Si tu y es entré une fois t’y resteras pour toute la vie. On peut y trouver des amis et l’énergie pour vivre et pour évoluer. Soyez courageux et n’ayez pas peur du monde parce qu’il peut vous impressionner encore et encore, et la langue peut vous être utile même dans des moments imprévus de la vie, comme par exemple pendant les examens de littérature!

Nos sincères félicitations pour votre Bac ! Votre histoire a fait un tour sur Internet. Nous vous disons un grand merci d’avoir partagé votre histoire avec nous. Vous n’imaginez même pas à quel point ce genre de petites victoires fait briller les yeux et remplit notre activité de sens. Peut-être un jour votre expérience servira d’exemple à quelqu’un.

Vous êtes jeunes, dynamiques et très créatifs. Souvent les jeunes de votre âge se posent des questions sur l’avenir, mais nous avons l’impression que vous avez une idée bien mûrie dans vos têtes. Bonne continuation!

L'équipe de 10 SUR 10

Pour vous chers lecteurs, vous trouverez la pièce "Lusille désormais" de Stanislas Cotton dans le Tome 1 "10 SUR 10 - pièces francophones à jouer et à lire".  Vous pouvez lire un extrait de cette pièce et découvrir d'autres pièces sur le lien suivant:

 

Lire l'extrait de

"Lucille désormais" de S. Cotton

Histoire: Dans un théâtre, un groupe d'ami attend Lucien. Seule Lucille arrive à la fin.

Thème: changement de sexe


Katia Shahoika

Développement et communication

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Laurent van Wetter (dimanche, 28 mai 2017 15:49)

    Toutes mes félicitations à Natalia et Jakub ! Choisir des textes d'auteurs francophones contemporains pour illustrer leur examen était audacieux de leur part, et je suis heureux de leur réussite. De plus, en tant qu'auteur, j'apprécie que mes pièces puissent servir de point de départ d'une réflexion sur les rapports humains. Ce qui fut fait ici. Merci à eux !

  • #2

    Stanislas Cotton (lundi, 29 mai 2017 10:07)

    Bravo à Natalia et à Jakub ! Le théâtre contemporain est riche en réflexion sur le monde dans lequel nous vivons (n'est-ce pas d'ailleurs l'un des fondements du théâtre), s'y intéresser, s'en imprégner, s'en nourrir, c'est participer à ce monde en relayant les interrogations qu'il nous apporte, en approfondissant les réflexions, en cherchant à vérifier les hypothèses. Bon vent, jeunes gens et bon travail !

  • #3

    Paul Emond (mardi, 30 mai 2017 17:43)

    Voilà qui fait fameusement plaisir ! Natalia et Jakub, vous êtes super ! Je suis enchanté qu'une réussite au bac passe par des textes de théâtre d'aujourd'hui et que la réflexion s'enclenche à partir de ce qui s'y raconte. Y compris d'un peu farcesque. Parce que l'idée que ma Jeanne d'Arc ait été l'objet d'un débat entre Jakub et son jury m'amuse beaucoup. Pensez donc : Jeanne "la pucelle" et le mot de "pucelle" qui fait pouffer de rire un ado qui lui aussi...