Résidence 10 SUR 10 - Afrique : Saint-Louis, première !

Une semaine déjà ! Une semaine que nous avons atterri à Dakar, pris le bus pour Saint-Louis puis notre lieu de résidence 30 kilomètres plus loin. Vous savez, on prend tout droit en suivant la Langue de Barbarie dont seul nous sépare le bras de mer où, avant le creusement du canal se mêlaient les eaux du fleuve Sénégal et celles de l’océan. Arrivés tard dans la nuit, nous n’avons découvert le cadre de cette cinquième résidence d’écriture 10 SUR 10 qu’au matin. Et quel cadre ! Et quel matin !

 

Du sable, des acacias, des pélicans

Une chambre inconnue et par la baie vitrée, la mer… C’est aussi décontenancés qu’heureux que nous nous retrouvons tous à la table du petit-déjeuner ce premier jour. Chaque auteur s’est installé dans son bungalow, a pris connaissance du planning. Deux petites journées pour s’adapter, et au travail ! 

À nos marques…

Cette fois c’est parti. Tout le monde a posé son ordinateur, son carnet, son crayon, son bloc sur sa table, son fauteuil, son transat préféré. Certains tapent déjà, d’autres se promènent, stylo en main. On prend des notes, on réfléchit, on essaie, on efface, on renote. Il est convenu de se retrouver tous, chaque soir, à 18h. Pour discuter, lire à voix haute, parler de son travail, profiter de cette énergie si particulière qui peut émaner d’un groupe. L’on y dévoile son histoire, les thèmes qui nous titillent. Certains avaient déjà une idée plus ou moins précise en arrivant, d’autres ont cherché l’inspiration du lieu, de cette portion de Sénégal que nous étions nombreux à découvrir pour la première fois. Au fur et à mesure des rendez-vous, la narration s’affine, les personnages s’affirment. Il est temps d’entendre son texte à haute voix.

 

Et puis aussi

Il y a eu le dîner (toujours délicieux) avec nos partenaires de l’Institut Français et de Wallonie-Bruxelles.

La visite de Saint-Louis, en calèche pour les uns, à pied pour les autres. En fin d’après-midi la rencontre avec les élèves et les professeurs. Le buffet le soir chez Marc Monsallier où l’on a eu le plaisir de rencontrer les comédiens de la compagnie. Entre ces deux rendez-vous, avons assisté à deux sorties de résidence au Château, surprenante salle de spectacle installée au coeur du quartier des pêcheurs. Un one man show drôle et enlevé suivi d’une performance dansée aussi élégante que prenante. De beaux moments dans une ambiance joyeusement effervescente.  

L’escapade en pirogue vers l’Ile aux Oiseaux, voisine de notre campement, îlot de sable protégé où nidifient mouettes, sternes, pélicans et bien d’autres, choyés par un groupe de bénévoles qui nettoient, préparent le terrain, comptent nids et poussins tout en veillant à la mangrove, replantant les filaos et gardant un oeil sur les tortues luth. 

Alors que les chiens de l’hôtel posent leurs museaux sur leurs pattes croisées et s’assoupissent à nos côtés, que les oiseaux ne font plus attention à notre présence et que le café touba coule dans nos veines, nous entamons la deuxième semaine…

 

À suivre… (pour les impatients, retrouvez notre chronique quotidienne en page d’accueil)

Écrire commentaire

Commentaires: 0

 

DISTINCTION

Livre d'or

Presse

Prix

 

 

AIDE

Logos

Contact

FAQ


Suivez-nous sur notre page professionnelle LinkedIn :

Partagez :