5 erreurs que tout le monde fait en créant un spectacle avec des jeunes !

Créer un spectacle est un grand bonheur, qui peut aussi se transformer en moment de stress ! À suivre donc la liste de quelques écueils "classiques", et les conseils pour les éviter ! 

1 - Choisir sa pièce de théâtre au dernier moment

Vous êtes nombreux à choisir le texte de la pièce que vous souhaitez monter au dernier moment. Et donc dans l’urgence, alors que la date de la représentation s’approche dangereusement.

 

Mais, si vous, enseignants, voyez avec terreur cette date approcher, imaginez ce qu'il peut en être pour vos élèves qui doivent acquérir la confiance, en eux-mêmes comme dans le groupe, appréhender et mémoriser un texte, découvrir la scène...

 

Choisir sa pièce au dernier moment est donc une erreur. Le texte n’est alors plus travaillé comme base linguistique et artistique mais comme une urgence. Les élèves n’auront ni le temps de s’en inspirer, ni de le rêver, ni de le prendre totalement en main.

 

Choisissez votre pièce de théâtre le plus rapidement possible !

 

Dès vos premiers ateliers. Procurez-vous les recueils 10 SUR 10 et lisez, lisez, lisez ! Parcourez les extraits, choisissez des thématiques qui pourraient plaire aux jeunes. Faites part de vos découvertes à vos élèves, discutez-en ensemble. Laissez-leur choisir l’histoire qui les intéresse le plus. Ils se sentiront automatiquement et rapidement impliqués dans le projet. Le choix définitif peut se faire par un vote collectif.

2 - "Travailler" le texte tout de suite

Le texte ne s’apprend pas ! Il se mâche, se digère... Je m'explique :

Nous avons tendance à analyser et à décortiquer la pièce de théâtre tout de suite avec les élèves. Nous allons la traduire mot à mot assis à table. Nous essaierons de comprendre le sens de l’histoire. Or c’est l’inverse qu’il faut faire ! Ne nous préoccupons pas du fond. Travaillons uniquement la forme !

 

L’approche d’un texte en atelier est différente de l’approche classique à l’école. Nous travaillons la chair des personnages avant d’analyser le « sens » de la pièce. Oui, il ne s’agit pas de comprendre mot à mot mais de découvrir les sensibilités, les émotions, les rapports entre les personnages. Et la méthode demande de ne pas « travailler » directement le texte mais de s’en servir pour en développer des exercices de mémorisation, de vocabulaire, de grammaire, de prononciation.

 

Approchez la pièce de théâtre touche par touche. Je vous conseille de ne pas travailler le texte dès les premiers ateliers. Vous pouvez en discuter entre vous mais ne le « travaillez » pas sérieusement. Dans un atelier de théâtre, nous travaillons d’abord le corps, la voix, le mouvement dans l’espace, les improvisations. Faites de même. Travaillez petit à petit. Sans vous précipiter. Variez vos exercices de mémorisation. Touchez à tout. Cela participera à la dynamisation de votre atelier et tiendra les élèves en haleine.

 

Le fait de travailler le texte régulièrement et par touche légère vaincra la peur des élèves sur l’approche de la langue. Le texte ne sera plus cet inconnu compliqué. Ils le digéreront lentement mais sûrement. Intellectualiser le texte d'un coup et tout de suite est beaucoup trop difficile. Les élèves doivent dans un premier temps comprendre le sens de la scène. Qu’est-ce que l’espace, et mon corps dans l’espace ? Comment se construisent le corps et la voix d’un personnage ? Que dégageons-nous sur scène ? Comment je prononce le français ? Leur curiosité, de plus, sera titillée, ils seront même impatients d’en savoir davantage et de monter ce spectacle tant attendu.

 

La mise en scène se construit dans le temps. Vous vous créez des images dans la tête suite à de nombreuses lectures, mais le travail régulier avec vos élèves vous donnera aussi beaucoup d’idées nouvelles. Et c’est magnifique de voir vos réflexions, votre créativité se développer au fil du temps et des expériences. 

3 - Oublier le plaisir de jouer

Prendre plaisir est le maître mot. Afin de ne pas perdre ce fil fragile qui nous relie : celui de vivre une aventure extraordinaire autour de la langue française et du théâtre.

 

Ce qui est intéressant pour un professeur c’est qu’il doit renoncer à ses habitudes. Il doit se concentrer sur la cohésion du groupe, sur le vivre ensemble. Animer un atelier de théâtre est complexe car cela implique de nombreuses réflexions et notamment celle de la relation à établir avec les élèves. La problématique du « tu » ou du « vous » sera posée, celle des élèves les moins forts par rapport aux plus forts, etc.

 

Ici, il n’y a pas de notes à donner. L’atelier est ouvert à tous les élèves intéressés. L’obligation de venir en atelier n’existe donc pas formellement. Il faudra convaincre les élèves que l’atelier est un endroit à part de l’école où l’on prend du plaisir, mais qui exige également un respect des codes que vous aurez mis en place, notamment sur l’absentéisme, le respect des autres, etc.

 

Le plaisir de jouer provient de votre seule motivation. Vous êtes le chef d’orchestre d’un groupe aux membres réunis autour d’un objectif commun : celui de créer un spectacle. Vous seul(e) avez la responsabilité de montrer l’exemple, et de remédier avec tact aux comportements peu acceptables des uns et des autres.

4 - Se précipiter

Mes meilleurs souvenirs de spectacles avec les jeunes sont ces spectacles qui ont mis du temps, de la réflexion et qui surtout ont permis des moments forts de rencontres. Vivre une aventure théâtrale c’est cela aussi, prendre le temps de rencontrer les autres.

 

C'est même primordial aujourd’hui où tout va très vite, trop vite. Regarder vite ses messages sur son téléphone portable, parler vite avec un ami sur Facebook, faire vite un selfie, etc. Le temps est un domaine auquel on ne pense jamais.

 

Lors des ateliers de théâtre, les pauses sont nécessaires pour se ressourcer, apprendre de l’autre, discuter. L’échange humain, le débat, la discussion ont ici toute leur place. Créer un spectacle nous oblige à connaître le plus possible chaque individu pour le faire évoluer individuellement et dans le groupe.

 

J’ai eu cette expérience avec une jeune fille qui tout au long de l’année parlait très peu. Elle était réservée et sérieuse. Elle effectuait tous les exercices avec brio, ne posait jamais de problème, était ouverte à tout ce que je lui proposais et surtout était gentille. La veille de la première représentation, le dernier jour de répétition, elle a été prise de spasmes et de pleurs incontrôlables. Son vrai visage s’est dévoilé. Il n’était plus possible de continuer à travailler. 

Je n’ai pas proposé à cette élève de se calmer seule. Non, j’ai pris tout le monde à partie. J’ai longuement discuté avec elle individuellement puis je l’ai laissée un long moment avec le groupe. Je me suis éclipsée pour que le groupe se charge d’elle, sans moi. Cela était possible à ce moment-là car tous avaient appris à vivre ensemble et à se respecter au cours de l’année et des ateliers. Tous savaient qu’ils étaient plus forts et solides unis.

 

Ce moment était pour cette élève crucial. Elle a beaucoup appris sur elle-même. À partir de ce moment, elle était plus épanouie et s’est ouverte aux autres.

 

Tout cela pour dire qu'à certains moments, nous devons sacrifier du temps pour la relation humaine. Sans ce moment d’échange, le spectacle du lendemain aurait peut-être été une catastrophe pour les jeunes. Suite à ce moment, la jeune fille a pris confiance en elle car tous les membres du groupe l’encourageaient. Le groupe s’est senti fortement uni et courageux.

 

Discutez avec vos élèves, échangez ! 

5 - Ne pas avoir d'objectif fort

Évidemment, créer un spectacle est un objectif en soi, un but à réaliser. Mais il n’est pas suffisant. Quel est votre objectif réel dans ce spectacle ? Il peut en avoir plusieurs. Et c'est cela que vous devez vous poser comme question.

 

La présentation du spectacle est très importante et doit mettre le plus possible en valeur les élèves. Si le rendu est mauvais, les élèves seront très déçus et cela les dégoûtera de la langue française et du théâtre.

 

Tout d’abord vous devez trouver une date précise pour votre première représentation. Et lieu. Favorisez une salle qui a du cachet, un vrai théâtre. Contactez les directeurs de ces structures, proposez-leur un rendez-vous pour présenter votre projet. Faites-vous aider par vos connaissances, par la direction de votre école qui connaît certainement les lieux culturels de la ville, a peut-être un interlocuteur à la Mairie.

 

Une fois le lieu trouvé, vous devez vous charger du public. La salle doit être pleine ! Plus elle est grande, plus c'est difficile. N'hésitez pas à inviter le plus de personnes possible : vos collègues, les élèves des autres classes de français, ceux des autres écoles... Votre initiative valorise votre établissement !

 

Pour aller plus loin, faites participer votre troupe à un festival de théâtre national et même international. Le voyage, la rencontre avec d’autres jeunes de cultures différentes est une motivation très forte. Renseignez-vous sur les festivals 10 SUR 10 qui outre les représentations organisent des rencontres avec les auteurs, des débats autour du théâtre et de la langue française, des ateliers animés par des comédiens et metteurs en scène professionnels. 

Vos élèves se rendront ainsi compte qu’apprendre le français est utile pour se faire des amis dans le monde entier !


Bonjour ! C’est Iris. Je partage avec vous des conseils, tutoriels et ressources sur la méthode de l’apprentissage/enseignement du français par le théâtre. Chanteuse, actrice et metteur en scène dans la vie, je forme et accompagne les professeurs de FLE dans le monde. N’hésitez pas à poster un commentaire si vous avez une question ou envie de réagir après avoir lu cet article.

A bientôt !

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0

 

 À PROPOS

Historique
Mission
Objectifs
Pour qui ?

                                      Equipe

 

DISTINCTION

Livre d'or

Presse

Prix

 

AIDE

Contact


10 pièces de théâtre de 10 pages avec 10 personnages écrites en 10 jours par 10 auteurs francophones

Suivez-nous sur notre page professionnelle LinkedIn :

Partagez :